Appel de communications / Call for Papers

CALL FOR PAPERS – 2022

The Annual Meeting of the Canadian Society of Patristic Studies will take place virtually, over three days, from May 29 to May 31, 2022. This year’s meeting will be held independent of the Canadian Congress of the Social Sciences and Humanities.

We invite papers of 5000–6000 words, in either English or French, on any theme relevant to the study of late antiquity, patristic studies, or the study of Christianity between the second and seventh centuries CE.

The recent discoveries of unmarked graves at the sites of Canada’s former Residential Schools and the ongoing injustices they represent compel ongoing inquiry into Canadian legacies of colonization, systemic inequity, and trauma. These remain central concerns for our Society, and we particularly invite papers which explore matters of equity, diversity, inclusion, and decolonization in the fields of Biblical Studies, early Christian studies, the study of late antiquity, patristics and beyond. We hope such conversations will carry over into the special workshop we are organizing for this year, ‘Trauma and Therapeia in Early Christian Literature’ (see call below).

Following the success of last year’s adapted format, accepted papers will be arranged into panels and pre-circulated ahead of our meeting. Individual respondents will be arranged for each panel; respondents will summarize and respond to each of the papers. Presenters will not be reading their papers through but will instead engage in discussion with the pre-arranged respondent, their fellow panelists, and other participants in the session. We hope that this will both encourage close engagement with the pre-circulated papers and facilitate dynamic interaction in our virtual environment.

Proposed titles and an abstract of approximately 100 words are to be submitted by February 16, 2022 by email to the program coordinators, Maria Dasios and Robert Edwards (m.dasios@utoronto.ca; robert.edwards@theologie.uni-goettingen.de). Please write “CSPS Proposal” in the subject line of your email.

Students are invited to submit for the Student Essay Prize ($200.00 and a one-year membership in the society). The essay must not have been published or presented elsewhere. To be eligible for the contest, one must be a registered student. Both graduate and undergraduate essays will be considered.

Special Workshop
TRAUMA AND
THERAPEIA IN EARLY CHRISTIAN LITERATURE

From the wounds of Christ to the blows inflicted by persecution and heresy on the body of the Church, figurations of trauma in early Christian texts are many and multiform. Therapeia is likewise variously imagined: in ecclesiastic, anthropological and philosophical terms; as a social enterprise or as individually prescribed; in terms drawn from ancient medical discourses, philosophical schools, and diverse forms of ritual expertise.

We invite papers exploring trauma and therapeia in early Christian literature for a special Zoom workshop appended to our annual meeting. Papers coming out of research in progress are encouraged. Presentations should be no more than fifteen minutes and will receive an individual response by a member of our society. A round table discussion and Q & A will follow.

Papers may consider any aspect of this theme, including but not limited to the following questions:

· What counts as trauma in Early Christian sources? What wounded the church, or the individual, Christian or not?

· How did early Christians deal with trauma, whether real or perceived (i.e. late antique Christians who are no longer persecuted, but for whom martyrdom forms a real part of their religious imagination)? How might trauma be linked to particular (historical/geographical) iterations of Early Christian identity-formation?

· When trauma occurred, whether in a community or individually, how did early Christians treat these wounds? What words or actions were deemed to be effective as treatments? What treatments were to be avoided?

· In what ways was trauma imagined as benevolent or desirable?

· How much (and in what ways) were Christians concerned to treat emotions? What existing discourses/practices might have informed Christian perspectives on the emotions?

· How might the preservation of memory in diverse early Christian literary and ritual forms work as a form of therapeia?

· How might literary production itself be understood as a form of therapeia? Consider particular forms and genres: consolatio, diverse discourses on the martyrs (martyr acts, homilies on the martyrs), philosophical treatises, letters, apophthegmata

· How was trauma perceived? Via the senses (trauma as a wound or visible mark), or via the discernment of a specialist (trauma as concealed or non-apparent)? How was trauma rendered material/immaterial in diverse forms of early Christian literature?

· How might early Christian understandings of trauma and/or therapeia positively or negatively inform efforts to treat the trauma of colonization and systemic racism in contemporary historical and scholarly contexts?

Questions about this workshop may be directed to John Elmer Abad (john.abad@utoronto.ca) or the programme coordinators, Maria Dasios and Robert Edwards (m.dasios@utoronto.ca; robert.edwards@theologie.uni-goettingen.de). Please include a proposed title and abstract of 100 words and indicate clearly in your submission that the proposed paper is intended for this workshop.

Call for Papers (PDF)

La rencontre annuelle de l’Association canadienne des études patristiques aura lieu virtuellement, sur trois jours, du 29 au 31 mai 2022. Cette année, la réunion se tiendra indépendamment du Congrès de la Fédération canadienne des sciences humaines.

Nous invitons les participant(e)s à présenter des communications de 5000 à 6000 mots, en anglais ou en français, sur tout thème lié à l’étude de l’Antiquité tardive, aux études patristiques ou à l’étude du christianisme entre le deuxième et le septième siècle de notre ère.

Les récentes découvertes de tombes non marquées sur les sites des anciens pensionnats du Canada et les injustices continues qu’elles représentent obligent à s’interroger sur les séquelles de la colonisation, des inégalités systémiques et des traumas propres au Canada. Ces questions restent au cœur des préoccupations de notre Association, et nous invitons particulièrement les communications qui explorent les questions d’équité, de diversité, d’inclusion et de décolonisation dans les domaines des études bibliques, des études sur le christianisme ancien, de l’étude de l’Antiquité tardive, de la patristique et au-delà. Nous espérons que de telles conversations se poursuivront dans l’atelier spécial que nous organisons cette année, « Trauma et Therapeia dans la littérature chrétienne ancienne » (voir l’appel ci-dessous).

À la suite au succès du format de l’année dernière, les présentations acceptées seront organisées en panels et circuleront avant la réunion. Des répondants individuels seront choisis pour chaque panel; les répondants résumeront et répondront à chacune des communications. Les présentateurs ne liront pas leurs présentations mais s’engageront dans une discussion avec le répondant choisi, les autres panélistes et les autres participants à la session. Nous espérons que cela encouragera des échanges plus poussés sur les communications qui auront préalablement circulées et contribuera à des interactions plus dynamiques dans notre environnement virtuel.

Un titre et un résumé d’environ 100 mots doivent être soumis d’ici le 16 février 2022 par courriel aux coordinateurs du programme, Maria Dasios et Robert Edwards (m.dasios@utoronto.ca; robert.edwards@theologie.uni-goettingen.de). Veuillez écrire
« Proposition ACÉP » dans la ligne d’objet de votre courriel.

Les étudiant(e)s sont invité(e)s à soumettre leur candidature pour le prix du meilleur travail étudiant (200 $ et une adhésion d’un an à l’Association). Le travail ne doit pas avoir été publié ou présenté ailleurs. Pour être éligible au concours, il faut être un(e) étudiant(e) inscrit(e) à temps plein. Les travaux des étudiant(e)s de tous les cycles (du 1er au 3e) seront pris en considération.

ATELIER SPÉCIAL :
TRAUMA ET THERAPEIA DANS LA LITTÉRATURE CHRÉTIENNE ANCIENNE

Des blessures du Christ aux coups infligés par la persécution et l’hérésie au corps de l’Église, les représentations du trauma dans les textes chrétiens anciens sont nombreuses et multiformes. De même, la therapeia est imaginée de manière variée : en termes ecclésiastiques, anthropologiques et philosophiques; comme une entreprise sociale ou comme une prescription individuelle; en termes tirés des traités de médecine anciens, des écoles philosophiques et des diverses formes d’expertise rituelle.

Nous invitons les membres de l’ACÉP à proposer des communications explorant le trauma et la therapeia dans la littérature chrétienne ancienne pour un atelier Zoom spécial annexé à notre rencontre annuelle. Les communications issues de recherches en cours sont encouragées. Le format sera hybride ou virtuel. Les présentations ne devront pas durer plus de quinze minutes et recevront une réponse individuelle d’un(e) des membres de notre Association. Une table ronde et des questions-réponses suivront.

Les communications peuvent porter sur tout aspect de ce thème, y compris, mais sans s’y limiter, aux questions suivantes :

  • Que considère-t-on comme un trauma dans les sources du début du christianisme? Qu’est-ce qui blessait l’Église ou l’individu, chrétien ou non?
  • Comment les premiers chrétiens géraient-ils le trauma, qu’il soit réel ou perçu (par exemple, les chrétiens de l’Antiquité tardive qui ne sont plus persécutés, mais pour qui le martyre fait partie intégrante de leur imaginaire religieux)? Comment le trauma peut- il être lié à des itérations particulières (historiques/géographiques) de la formation de l’identité des premiers chrétiens?
  • Lorsqu’un trauma se produit, que ce soit dans une communauté ou individuellement, comment les premiers chrétiens traitent-ils ces blessures? Quels mots ou actions étaient considérés comme des traitements efficaces? Quels traitements devaient être évités?
  • De quelles manières le trauma était-il conçu comme positif ou désirable?
  • Dans quelle mesure (et de quelle manière) les chrétiens étaient-ils soucieux de traiter des émotions? Quels sont les discours/pratiques existants qui ont pu contribuer au développement des perceptions chrétiennes des émotions?
  • Comment la préservation de la mémoire dans diverses formes littéraires et rituelles du début du christianisme peut-elle agir comme une forme de therapeia?
  • Comment la production littéraire elle-même peut-elle être comprise comme une forme de therapeia, en tenant compte de formes et de genres particuliers tels que la consolatio, les discours sur les martyrs (actes de martyrs, homélies sur les martyrs), les traités philosophiques, les lettres, les apophtegmes, etc.
  • Comment le trauma était-il perçu? Par les sens (le trauma comme blessure ou marque visible) ou par le discernement d’un spécialiste (le trauma comme caché ou non apparent)? Comment le trauma est-il rendu matériel/immatériel dans diverses formes de littérature chrétienne ancienne?
  • Comment les premières interprétations chrétiennes du trauma et/ou de la therapeia peuvent-elles contribuer, positivement ou négativement, aux efforts déployés pour traiter le trauma de la colonisation et du racisme systémique dans les contextes historiques et académiques contemporains?

Toutes questions concernant cet atelier peuvent être adressées à John Elmer Abad (john.abad@utoronto.ca) ou aux coordinateurs du programme, Maria Dasios et Robert Edwards (m.dasios@utoronto.ca; robert.edwards@theologie.uni-goettingen.de). Veuillez inclure un titre et un résumé de 100 mots et indiquer clairement dans votre soumission que la communication proposée est destinée à cet atelier.

Appel de communications (PDF)

%d bloggers like this: